Bilan du jardin partagé « qui jardine dine » à Billom

billom.jpg
.Pour lire le contenu du bilan en version PDF, cliquez ici

Pilotage et suivi financier du projet


Quatre structures sont à l’initiative du projet « Qui Jardine Dîne » : l’Épicerie Solidaire, la mairie de Billom, le CCAS de Billom et la Régie de Territoire de Deux Rives. Elles se réunissent régulièrement en comité de pilotage pour en assurer le suivi financier et technique. En 2023, il y eu troiscomités de pilotage.


En 2023, le jardin partagé Qui Jardine Dîne a bénéficié du soutien des citoyens et l’Épicerie Solidaire s’est trouvée lauréate du Budget Écologique Citoyen dit BEC. A ce titre, une somme d’argent a été attribuée dans le cadre de dépenses d’investissements pour poursuivre l’aménagement du jardin et répondre aux besoins des jardiniers. Les achats réalisés se répartissent en six postes et sont détaillés ci-après ainsi que dans un tableau Excel en annexe.


Enfin, le projet a reçu un soutien de 5000 euros du CCAS de Billom, directement versé à l’Épicerie Solidaire et virer à la Régie de Territoire afin de financer le volet  animation du jardin dont elle a la charge.


Dépenses réalisées dans le cadre du BEC


Plusieurs ajustements ont été réalisés afin de prendre en compte les besoins actuels des jardiniers, les dons de quelques outils qui nous sont parvenus ou encore l’évolution de notre réflexion concernant certains investissements (passer d’une énergie fossile à une énergie renouvelable notamment).


Volet outillage



Certains outils n’ont pas été achetés car nous les avions reçus sous forme de dons (pelles et râteaux). D’autres ont été revus à la baisse comme les grelinettes. Ainsi, au vu de la taille du jardin, quatre grelinettes seront suffisantes. Plutôt que d’acheter deux brouettes identiques, il a été décidé d’en choisir au moins une à deux roues permettant une plus grande stabilité et donc mieux adaptée pour les personnes plus fragiles physiquement.


Enfin, après étude et analyse des besoins, de nombreux outils qui n’avaient pas été prévus dans le budget initial ont été achetés.


Le choix a été fait de ne plus utiliser de débroussailleuse et de privilégier la tondeuse pour plusieurs raisons. La tondeuse est techniquement plus facile à passer et pourra être utilisée par un plus grand nombre de personnes. Elle permettra d’entretenir les allées sans risquer de blesser les arbres et arbustes. Son bac permettra de récupérer l’herbe et de s’en servir comme mulch aux endroits voulus. Ainsi une tondeuse électrique robuste a été achetée. Ses batteries seront rechargées grâce au panneau solaire.


Un coupe-branche et une scie d’élagage permettront l’entretien des arbres et arbustes du jardin.



Un pulvérisateur de grande capacité et pouvant se porter en sac à dos sera utile pour prodiguer des traitements naturels aux plantes (purin d’orties, savon noir par exemple).



Nous avons également ajouté un balai de cantonnier pour pouvoir nettoyer l’espace bétonné qui sera sous la pergola, ainsi qu’une fourche à gravats qui sera très utile pour déplacer du broyat ou encore du fumier.


Volet équipement et aménagement


Un groupe électrogène était prévu sur ce poste, mais il n’a pas été acheté et a été remplacé par un système permettant d’utiliser une énergie renouvelable très présente au jardin : le soleil.


Concernant l’achat et le montage de bacs potagers, il a été décidé de ne pas acheter tous les bacs initialement prévus. En effet, au vu des objectifs du projet et dans le but de rendre le jardinage accessible au plus grand nombre de personnes quel que soit leur état de santé (personnes à mobilités réduites ou ayant mal au dos), il était important que le jardin se dote de plusieurs formats de bacs permettant de varier les hauteurs de travail. Seuls huit bacs de moyen format et cinq bacs de grand format ont été acheté. Le budget restant a été utilisé pour investir dans des planches de douglas, un bois de qualité, durable et adapté pour ce type de constructions.  Cela permettra de fabriquer deux bacs surélevés permettant de jardiner en position assise et deux bacs de grande hauteur (90 cm) permettant de jardiner en position debout sans se baisser. Les bacs seront montés lors d’ateliers de bricolage collectif en début d’année 2024.


Des serres de 3 m de large et de longueurs variées ont été achetées afin de diversifier les techniques de culture et d’augmenter la production. Une de 7 mètres de long, deux de 5 mètres de long, une de 5 mètres et quatre de 4 mètres de long.


Les composteurs initialement prévus n’ont pas été achetés car le jardin dispose déjà de bacs de compostage.



 


D’autres petits équipements ont été ajouté en complément pour améliorer notamment l’espace de travail et de convivialité sous la future pergola : tables, chaises, parasols.


Volet gestion de l’eau


Au vu de l’analyse de la pluviométrie sur le secteur, il a été décidé d’acheter un peu moins de cuves IBC (capacité 1000 L) que prévues initialement. De plus, les quatre nouvelles cuves sont en plastiques noires dont l’opacité permet de conserver une bonne qualité de l’eau. En effet, les cuves blanches, laissant passer la lumière du soleil sont souvent sujettes au développement d’algues et de bactéries.


Des oyas de capacité allant de 4 à 10 Litres vont être mis en place dans les serres permettant de tester ce système d’arrosage économique en eau.


Une pompe immergée fonctionnant sur batterie a été achetée et a grandement facilité les arrosages de l’été. Les jardiniers ont pu récupérer l’eau du bassin à l’entrée du jardin et l’acheminer jusqu’au parcelles de culture se situant à l’opposé du jardin.


Le tuyau poreux initialement prévu n’a pas été acheté tant qu’il n’y a pas eu une réflexion approfondie sur la possibilité et la manière de mettre en place de l’arrosage automatique ou du goutte à goutte.



Volet achats de végétaux


Diverses graines et plants de légumes ont été achetés en 2023 permettant de belles et importantes récoltes. Par ailleurs, des investissements ont également pu être faits en dotant le jardin d’arbres fruitiers, de plants de petits fruitiers et de nombreuses plantes vivaces.



 


Volet construction d’une pergola


Pour la construction de la pergola, il a été décidé de s’orienter vers une pergola à monter en kit de chez Kenzai à Cournon. La pergola est fabriquée dans un atelier des Combrailles avec du bois de douglas qui est un bois de qualité, durable et adapté aux constructions extérieures. En effet, il nous est apparu important pour une construction d’une telle ampleur d’investir dans un produit de qualité et le fait que cet élément soit fabriqué de manière professionnelle par des experts nous a rassuré.


Le toit monopente sera incliné côté nord et permettra de recueillir les eaux de pluie dans les quatre cuves IBC.


En revanche, le coût de cette construction est supérieur à ce qui avait été prévu initialement.


Volet rénovation de la maisonnette


Ce projet a fait l’objet d’une importante réflexion lors des comités de pilotage. La toiture devrait idéalement être démontée et refaite par une entreprise spécialisée. Faute de temps, cette partie du projet n’a pas pu être mise en œuvre assez rapidement pour être prise en compte dans le budget BEC comme initialement prévu.


2.  Mise en œuvre technique du projet



 


De nombreux projets ont été réalisé en 2023 grâce à trois éléments essentiels :


          Un budget permettant de faire des investissements conséquents,


          Un groupe de personnes motivées et moteurs,


          Un soutien des entités qui portent le projet et notamment la Régie en termes de coordination et animation ainsi que la commune de Billom en soutien technique.


a.   Un aménagement pour assurer une bonne gestion des ressources


Préserver la ressource en eau


L’aménagement et les équipements ont été prévus pour faire face aux épisodes de sécheresse récurrents et dans l’objectif d’économiser un maximum la ressource en eau. Le jardin ne dispose pas d’un accès direct à l’eau potable et la récupération et le stockage de l’eau de pluie sont donc essentiels.


En 2023, elle a été récupérée au niveau de la toiture de la maisonnette et stockée dans le bassin de rétention en béton adjacent d’une capacité d’environ 10 m3.Ce dernier a été préalablement entièrement vidé et nettoyé puis un des habitants a réparé une grande fissure afin de lui rendre toute son étanchéité. Un filet à mailles fines a également été installé pour éviter que trop de feuilles ne viennent se déposer dans le bassin. La pompe immergée a permis aux jardiniers d’arroser le potager tout l’été avec cette ressource. Deux cuves de 300 L chacune ont pu être régulièrement remplies à partir du bassin. Une fois la toiture de la maisonnette et la gouttière réparée, ce bassin sera un très bon stockage d’eau bien qu’il nécessite une station de relevage et d’acheminement jusqu’aux zones de culture.


Des cuves de récupération d’eau de pluie de grande capacité (cuves IBC de 1000L) vont être installées pour récupérer l’eau de pluie au niveau de la toiture de la pergola. Au vu des précipitations moyennes sur la zone de Billom et de la surface de récupération de 30 m², il est raisonnable d’installer quatre à cinq cuves maximum. Elles seront mises en place au nord pour éviter un maximum à l’eau de surchauffer. Elles seront reliées entre elles et surélevées par des parpaings. Ceci permettra soit de venir chercher de l’eau avec un arrosoir sous la cuve, soit de brancher un tuyau d’arrosage pour arroser le potager de manière gravitaire. Par ailleurs, les deux autres cuves de 300 L pourront être installées pour récupérer l’eau de petites toitures comme le poulailler ou encore les toilettes sèches.


Enfin, des oyas seront mis en place notamment sous les serres afin de tester ce système d’arrosage intelligent et économe permettant une diffusion progressive de l’eau dans le sol. Des plantations, tels que fraisiers et menthe seront réalisées de part et d’autre des serres pour recueillir l’eau ruisselant de part et d’autre des bâches.


En 2023, le groupe de jardiniers a mis en place du paillage pour éviter l’évaporation et le dessèchement du sol. Cette bonne pratique devra être inscrite dans la charte du jardin en 2024.


Assurer une production locale et durable d’électricité


Une source d’électricité pouvait être utile au jardin pour recharger des outils de bricolage, assurer un peu d’éclairage en hiver ou encore alimenter des ustensiles de cuisine comme un mixeur ou une machine à café lors de temps conviviaux et d’ateliers cuisine. Après discussion en comité de pilotage, il a été décidé d’opter pour une production d’électricité solaire sur place plutôt qu’un groupe électrogène consommant de l’énergie fossile.


Après diverses recherches et avec les conseils de spécialistes en la matière[1], une station d’énergie portable Ecoflow « Delta 2 » a été achetée. Elle sera alimentée par un panneau solaire Dualsun installé au niveau du sol. Dotée de trois sorties prises et de ports USB, ce système permettra une puissance électrique de 1800 Watts, suffisante pour les besoins qui avaient été identifiés. Elle pourra également être branchée pour alimenter la cuisine mobile lors d’ateliers au jardin.


b.   Un aménagement favorable à la biodiversité


627771a803dc7f69da1e949c2c67a91336f17a0a.png

 


En 2023, de nombreux investissements ont permis d’augmenter et de favoriser la biodiversité dans le jardin. De nombreuses plantes vivaces ont été plantées, et notamment une spirale de plantes aromatiques ainsi qu’une haie de divers petits fruitiers. Le jardin est cultivé et aménagé de tels sortes que les légumes côtoient les fleurs et les aromatiques. De nombreux espaces sont laissés sauvages pour accueillir la faune.


Les premiers arbres fruitiers de variété ancienne et locale de chez Ludovic Feude ont été plantés fin novembre.


Une haie champêtre devait être mise en place le long de la partie Est. Cependant, la décision et la programmation des travaux préalables doit d’abord être prise par la ville de Billom. En effet, il s’agira de couper et de dessoucher de grands thuyas de 5 m de haut. Ce gros travail d’aménagement sera fait par la ville et par la suite il sera alors possible d’implanter la haie afin de conserver une barrière végétale avec le voisinage. La haie sera constituée d’essences variées afin de favoriser une importante biodiversité, tels que : cornouiller mâle, sureau noir, viorne lantane, aubépine blanche, camérisier, nerprun, noisetier, troène, cornouiller sanguin. Les plants choisis sont de marque Végétal Local et seront issus de la pépinière d’élevage de la Régie de Territoire. Ainsi, ils mesureront déjà 1m ou plus lors de leur plantation prévue à l’automne 2024 ou 2025. Quelques arbres fruitiers supplémentaires pourront être intégrés à la haie.


c.Un aménagement adapté à l’accueil du public et favorisant le lien social


En 2023, le groupe de jardinier a fait de son mieux pour rendre le jardin accueillant et rangé. En 2022 le terrain était une friche envahie par les arbustes, les ronces et parsemées par endroits de nombreux déchets (bris de verres, bouts de métal, vieux plastiques, etc…). Un gros travail de nettoyage et de désherbage débuté en 2022 et s’est poursuivi en 2023. Au fur et à mesure, les différentes zones du jardin ont été mises en place : les zones de cultures, les allées, le poulailler, la petite maison pour le stockage des outils ou encore la dalle béton qui est devenue, sans attendre la pergola, le lieu de rassemblement du groupe. De plus, un aménagement et une décoration du portail d’entrée a rendu le lieu plus accueillant et visible depuis la rue.


09f6e8deceb0a42882bec732348d0fd135c50886.png



Ainsi, cette année a permis au groupe d’expérimenter, de définir puis de co-construire une organisation des espaces en s’appropriant pleinement le lieu. De nombreuses améliorations vont être faites en 2024 suite aux divers achats pour rendre le jardin encore plus accueillant et accessible au plus grand nombre :


          La zone de convivialité va être grandement améliorée par l’installation de la pergola. Elle bénéficiera de tables, de chaises, de parasols ainsi que des rangements et des zones d’affichages. Cela facilitera l’organisation et la communication hebdomadaire au sein du groupe de jardinier et permettra également d’avoir un lieu adapté pour les temps d’ateliers ou de festivités ouverts à un plus large public.


          L’aménagement global se poursuivra avec l’augmentation des zones de culture, des allées clairement identifiées, des bacs de différentes hauteurs, plusieurs zones d’ombrage aménagées avec des bancs ou encore l’installation d’une toilette sèche.


d. Un aménagement au service de la production alimentaire



Le projet « Qui Jardine Dîne » a quatre objectifs principaux : lutter contre l’isolement, favoriser la mixité sociale, devenir un lieu d’éducation populaire et favoriser l’indépendance alimentaire. Le jardin partagé doit aussi être un jardin nourricier.


En 2023, la zone de culture en pleine terre s’est agrandie et représente environ 200 m². Elle devrait atteindre environ 300 m² en 2024.


La mise en place des serres qui a commencé cette année se poursuivra et permettra d’augmenter la production. En effet, grâce à elles, les jardiniers pourront avoir une plus grande diversité de légumes en hiver, ils pourront réaliser des semis précoces en fin d’hiver pour avancer les récoltes de printemps et pourront également faire pousser plus facilement les légumes d’été qui ont besoin de beaucoup de chaleur tels que les aubergines ou les poivrons.


La diversité des plantations, légumes, petits fruits, aromatiques et par la suite les fruitiers, offre une large palette alimentaire aux participants au projet. Les plantations sont organisées de manière à optimiser l’espace en plantant par exemple des fraisiers aux pieds des framboisiers.


Les jardiniers ont mis en place un cahier de récoltes en juin.


62afadf9765157b5866d812642a2074017e67f08.png

 

3.  Animation et gestion du collectif


En 2023, le groupe de jardiniers était constitué d’un noyau dur de cinq personnes venant au moins une à plusieurs fois par semaine au jardin. On compte également une dizaine de personnes supplémentaires venant plus occasionnellement, soit au total quinze personnes participant régulièrement au projet. Les personnes sont pour la plupart des habitant-e-s de Billom mais peuvent aussi venir des communes environnantes tels que Trézioux ou Glaine Montaigut.


La gestion du groupe est un point clef du projet. En effet le projet est mené pour accueillir un public diversifié incluant des personnes en situation de précarité. Il est co-construit et mis en œuvre par ces usagers.


La vie du groupe est ponctuée de différents temps collectif. Des réunions de concertations ont permis de recueillir les avis, idées et besoins de chacun-e et de prendre des décisions ensemble. Des temps de travail collectifs ont permis d’avancer sur les différents projets. Des temps festifs et conviviaux sont également importants et sont l’occasion de valoriser et de se féliciter du travail réalisé.


Tous ces temps favorisent le lien social, l’interconnaissance, l’intégration des nouvelles personnes ainsi que la cohésion du groupe. Le jardin devant également être un lieu ressource pour donner accès et faciliter une meilleure alimentation, il est important que certaines de ces rencontres soient axées sur la découverte, l’apprentissage, la sensibilisation et l’expérimentation autour d’ateliers cuisines.


En 2023, la Régie a assuré une permanence tous les mercredis après-midi pour animer le projet et accueillir les nouveaux participants. En parallèle, elle a organisé et animé plusieurs réunions de concertation avec le groupe de jardiniers. Pour finir, cinq ateliers ou rencontres thématiques rassemblant au total 83 personnes ont eu lieu au jardin partagé :


          Une chasse aux œufs organisée pour les bénéficiaires de l’Épicerie Solidaire à laquelle vingts cinq personnes ont participées. Cet évènement a été préparé en amont avec l’aide des jardiniers et d’une salariée en insertion (cf bilan chasse aux œufs).


          Deux ateliers dédiés aux semis et ouvert aux habitants ont eu lieu en avril et en mai rassemblant au total vingts personnes.


          Un atelier de fabrication de purins réalisé en partenariat avec le CPIE et réunissant une vingtaine de personnes.


          Un atelier cuisine de fabrication et dégustation de boissons mêlant fruits et légumes auquel dix huit personnes ont participé, dont une salariée en insertion qui a pris part à l’animation de l’atelier.


1cfe1277a88a16b50c5c18b2d7792f30a4acfa62.png

 


fa792444feba835e459c30bec088e7951860de26.png

 


Cette année a également été ponctuée de temps forts en lien avec l’aménagement des différents espaces du jardin et notamment :


En hiver


          Le balisage et l’aménagement des allées du potager avec 15 m3 de broyat de bois


          Le montage de la première serre avec l’aide de trois salariés en insertion


Au printemps


          La plantation d’engrais verts sur une grande zone qui n’est pas encore cultivée


          La plantation au mur d’une bande de petits fruitiers (framboisiers, fraisiers, groseillers…)


En été


          L’aménagement de l’enclos dédié aux poules


          La construction et plantation d’une spirale de plantes aromatiques


          L’organisation des nombreux arrosages et des récoltes


En automne


          Le montage de bacs de jardinage


          La plantation de huit arbres fruitiers


          Le montage d’une 2ème serre


En 2024, notre objectif est de continué à promouvoir et a développer le jardin partagé « Qui Jardine Dîne ».


59bd495713f2434c47faebbdaf6048fbbb13ddbe.png



 f3d6de4bd69b2200dbfe67c5384819ea25e0a920.png


6d4b26f8db7df4edee9991c1f64c0257d5ddd7f4.png


 


Les suites sur 2024 : de nombreux ateliers organisés au jardin

2e29afbc675739e35202f1fc6eefb475da126183.png